Vue intérieure de l'exposition 19000 affiches

Avant de partir en vacances


L’été arrive, mais les lieux d’exposition d’art contemporain de Paris et sa banlieue (enlevons les oeillères qui nous empêchent de voir plus loin que le bout du 20ème arrondissement) ne prennent pas de vacances pour notre plus grand plaisir.

On vous a donc préparé une petite liste des expos à voir avant/pendant/après la saison estivale.

Avant de partir sous les tropiques

En juin on vous présentait notre sélection de galeries, voici maintenant, pour la première partie de l’été celle des musées, centres d’art et autres parmi la multitude de lieux ouverts. Mettez vos palmes, masque et tuba et plongez avec nous, immersion totale dans l’art contemporain garantie.

 

La Boîte de Pandore, Une autre photographie par Jan Dibbets

Une seule chose à dire: courez-y ! Ça ne vous suffit pas? Très bien, voici quelques informations supplémentaires.

Invité par le MAM Paris à prendre en charge le commissariat de cette exposition, Jan Dibbets nous propose un panel inédit d’œuvres, apportant ainsi un nouveau regard sur la photographie. Pour cela, il remonte à l’apparition du médium. Est donc évoqué le mépris qu’il inspira tout d’abord aux peintres de l’époque, son utilisation initiale -réservé à des fins documentaires et scientifiques- puis rapidement l’exploration des enjeux esthétiques qu’il présentait. Selon une cheminement mi-chronologique mi-subjectif, Dibbets nous montre comment la photographie ne se résume pas à l’image produite, comme il l’a toujours affirmé, “la photographie doit être considérée comme un moyen, jamais simplement comme une fin.”

Vue intérieure de l'exposition La Boite de Pandore

Le +: Cette exposition est adaptée à tous les publics. En plus de faire preuve de pédagogie tout au long du parcours, l’entretien entre Jan Dibbets et Fabrice Hergott, diffusé à la fin, permet de véritablement comprendre la photographie selon l’artiste néerlandais.

-> Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Jusqu’au 17 juillet 2016

 

19000 affiches, Michel François

Initialement sculpteur, Michel François a commencé au début des années 90 à proposer à chacune des ses expositions une affiche. Photographie au format 180×120 qu’il faisait tirer en 500 exemplaires afin que les visiteurs puissent repartir, oeuvre en main offerte par l’artiste. Cette pratique de désacralisation et de démocratisation de la création artistique est rejouée dans l’espace d’exposition du Château de Rentilly. Le FRAC-Île-de-France ayant acquis 39 affiches de l’artiste belges, elles sont en ce moment exposées et des piles de 500 exemplaires de chacune réparties sur les deux niveaux.

Vue intérieure de l'exposition 19000 affiches

Le +: On y va pour les affiches, pour le château à l’architecture miroitante et pour profiter du parc, alors un conseil, n’oublier pas votre pique nique.

-> Le Château de Rentilly. Jusqu’au 24 juillet.

 

Social Food

Manger et vivre ensemble. La nourriture, entre lien social et support de nouvelles communautés virtuelles.

La nourriture est un des éléments moteurs d’une société. Indispensable aux hommes, ils développent tout un pan de leur culture et de leurs traditions autour d’elle. Récemment, notre façon de consommer les aliments a largement évoluée et l’exposition Social Food vient interroger ces nouvelles manières de manger. Entre augmentation du partage social autour de la nourriture, du métissage et de la simplification des façons de cuisiner, et recrudescence du partage virtuel de notre quotidien alimentaire via les réseaux sociaux, les artistes s’amusent et pointent du doigt nos comportements alimentaires. Il y en a pour tous les goûts.

Mindmap du mot "Foodisme"

Le +: L’oeuvre de Gilles Stassart et Kenzo Onoda au premier étage, une véritable expérience proposée au visiteur.

-> Le 116, centre d’art contemporain de Montreuil. Jusqu’au 30 juillet

 

Circulation(s), festival de la jeune photographie européenne

Prolongé jusqu’au 7 août, le festival Circulation(s) est un des rendez-vous inratable de la saison.

Rassemblant les nouveaux talents de la photographie contemporaine en Europe, c’est l’occasion de découvrir autant de façon de faire de la photographie qu’il y a de photographes exposés. Cette année, le festival est placé sous le signe de la diversité et de l’acceptation, des thèmes choisis pour apaiser les tensions mondiales qui éclatent quotidiennement en Europe et ailleurs dans le monde.

Vue intérieure de l'exposition Circulation(s)
-> Le Centquatre. Jusqu’au 7 août

 

Effervescence par Michket Krifa

Connaissez-vous l’Institut des Cultures de l’Islam? Si non, l’exposition Effervescence est une excellente raison de vous y rendre.

En invitant des artistes tunisiens à présenter leurs oeuvres, la commissaire d’exposition Michket Krifa a pour volonté de donner un aperçu de la Tunisie d’aujourd’hui. Ce pays en quête de liberté d’expression a de nombreux talents artistiques à présenter: Nidhal Chamekh, Omar Bey, Yasmine Ben Khelil ou encore Patricia K Triki pour ne citer qu’eux. Dessin, photographie, peinture, sculpture, différents médiums sont exploités. Réparti entre les deux espaces de l’ICI (Goutte d’Or et Léon), l’ensemble génère un message global d’espoir, “tant qu’il le faudra, nous lutterons pour nos droits et libertés”.

Une initiative bienvenue, qui s’inscrit dans la lignée de la première biennale de photographie du monde arabe contemporain, afin de donner plus de visibilité en France à l’art contemporain qui nous vient d’Afrique du Nord.

Trois vues de l'exposition Effervescence
Le +: Faire une pause dans la cour du café de l’ICI Léon.

-> Institut des cultures de l’Islam. Jusqu’au 14 août

Ni une, ni deux, voilà vos agendas culturels comblés jusqu’à début août. En espérant que cette sélection ravisse vos esprits curieux avant un break estival bien mérité. On vous retrouve mi-août pour vous parler des expositions que vous aurez encore le temps de voir avant la rentrée.