performance


Discorde, partie 2 : Les performeurs

Le 16 février de 19h à 22h une dizaine de performeurs se sont produit au 100ecs  pour une soirée performance autour de l'exposition Discorde avec 7 performances autour de la notion de conflit.

Parfois sensible et poétique, d'autres fois violent, physique ou ironique chacun a montré une facette des conflits qui parsèment notre monde.

Avec la participation de : Baptiste Da Silva, Sura Haarp, Annie-Claire Alvoët , Kyoo Seok Choi, Eun Young Lee, Farid Ayelem Rahmouni & Arthur Zerktouni, Laurent Odelain.

 

Photos des performances

Sura Haarp, performance Peace offering

Sura Haarp, Peace offering - Ventes de balles de kalachnikov en chocolat. – à Le 100 ECS Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Sura Haarp

Peace offering - Ventes de balles de kalachnikov en chocolat

« Peace Offering » est une pièce performative satyrique qui renvoie à la guerre, à la vente d’arme légale (La France étant le deuxième plus grand vendeur d’armes), armes retrouvées dans de nombreux conflits et aux mains de terroristes. C’est durant la fameuse « trêve de Noël », période à la fois de réjouissances familiales, et de consumérisme exacerbé, que l’artiste organise la vente de balles de Kalachnikov en chocolat. La vente est à but lucratif, « comme tout trafic d’armes qui se respecte » nous indique-t-il. Les balles sont par ailleurs vendues à l’unité, bien qu’il s’agisse de munitions de fusils de rafale. A-t-on besoin de plus d’une balle pour donner la mort à un homme ? Le matériau alimentaire propose de manière grinçante de consommer ces outils de la mort. Non dénuée de dérision, l’artiste accompagne chaque balle vendue d’un poème de Mikhaïl Kalachnikov.

Baptiste Da Silva, performance Patin couffin

Baptiste Da Silva, performance Patin couffin pour l'exposition Discorde – à Le 100 ECS. Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Baptiste Da Silva

Patin couffin

Dans cette performance, Baptiste Da Silva illustre métaphoriquement la gestion des conflits, petits ou grands. Un fil rouge comportant plusieurs nœuds passent entre ses mains qui lentement, dénouent ces nœuds. Une chandelle se consume près de l’artiste, marquant une unité de temps durant laquelle procède la performance. Ainsi cette chandelle rappelle-t-elle philosophiquement l’inscription des solutions aux conflits dans la durée, et le manque d’immédiateté par lesquelles les situations difficiles se dénouent. Mais la lumière d’une bougie est un symbole très puissant qui évoque par ailleurs l’espoir, la prière, le recueillement souvent convoqués en temps de conflit.

Annie-Claire Alvoët, S'il vous plaît dessine-moi un Loup

Annie-Claire Alvoët, performance S'il vous plaît dessine-moi un Loup pour l'exposition Discorde – à Le 100 ECS. Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Annie-Claire Alvoët

S'il vous plaît dessine-moi un Loup

Telle une partie d’échec, le premier duelliste commence un tracé, le second lui répond de la manière la plus pertinente et le plus rapidement possible. On assiste alors à un véritable ping-pong dessiné où l’on se rend coup pour coup, bleu pour rouge, mat pour brillant, peinture pour collage, écriture pour décalcomanie, tout est permis ! Dans cet affrontement on comprendra ce que peut être un argument, un développement, une parade dans l’univers pictural. Les associations d’idées, les estocades purement formelles seront des coups de maître. Prêts à relever le défi ?

Eun Young Lee, performance Kim Chi Neutral (recette contre la peur)

Eun Young Lee, performance Kim Chi Neutral (recette contre la peur) Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Eun Young Lee

Kim Chi Neutral, (recette contre la peur)

L’artiste sud-coréenne propose dans cette performance la recette d’un Kim Chi, un plat traditionnel de la du Corée Nord et Sud. Mais dans les ingrédients choisis entre « 150 à 200g des articles journalistiques en papier cru », « les articles barbares qui vous font trembler ou qui vous font jubiler » ou encore « 1 photo de boom nucléaire ». Car il s’agit en réalité d’une « recette culinaire contre la peur », pour laquelle seront déchirées, frappées et cuites des images médiatiques. L’origine de l’artiste prend ici une importance cruciale car elle renvoie à l’utilisation des images à des fins de propagande et de conflit tacite entre les deux pays frontaliers. Ces images incitant à la peur, ou les articles renvoyant plus largement aux conflits mondiaux sont alors cuisinés, du cru vers le cuit, comme une première étape de digestion de ces violences, au cours d’une performance aux gestes exutoires.

La recette : 
1. La scène est préparée par un réfrigérateur, une table solide, des outils culinaires
2. La lumière projette vers le réfrigérateur et la table
3. Le commencement des gestes comme l’acte de cuisine;
- ouvrir le réfrigérateur
- où l’installation dans le frigo (des chairs de viande et des sculptures ; les ingrédients)
- prendre les ingrédients dans le frigo pour la performance
- réalisation des gestes codifiés, répétés jusqu’au l’épuisement des ingrédients (viande et journaaux à papiers) en devenant des pâtes
4. mélanger les pâtes et les sculptures
5. se habiller en pâte
6. se mettre au frigo

Afour Rhizome, performance Un artiste de la faim

Afour Rhizome, Un artiste de la faim, une performance pour l'exposition Discorde au 100 ECS. Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Afour Rhizome

Un artiste de la faim

La réflexion des artistes sur le statut, la définition, l'acceptation ou l’objectif de leur métier d’artiste est une thématique qui a de tout temps touché les créateurs de toutes les catégories, des arts plastiques, de la littérature, du cinéma, du théâtre, etc. « Un artiste de la faim » est une nouvelle de Franz Kafka de 1922 dans laquelle le geste artistique d’un homme est une capacité à survivre sans s’alimenter durant une période très longue. Pour prouver la bonne foi de cette performance avant l’heure, l’artiste de la faim est enfermé dans une cage et exposé tel un animal de zoo aux spectateurs, tandis que la situation devient insidieusement absurde… Pour cette performance, Afour Rhizome a créé une cage à l’image de celle imaginée par Kafka, dans laquelle l’artiste s’enferme le temps de lire la nouvelle de l’auteur tchèque. Il s’agit de rejouer un enfermement psychologique, propice à l’introspection, et nécessaire à la réflexion sur la notion d’ « artiste ».

Axel Roy et ses assistants pour la performance Advancing Duets

Axel Roy et ses assistants pour la performance Advancing Duets dans l'exposition Discorde au 100ecs le 16 février 2017 Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Axel Roy,
en collaboration avec Roland Charbonnier, Emmanuelle Charpin et Bruno De Oliveira

 Advancing Duets

Le titre de la performance fait expressément référence au travail de Trisha Brown leaning duets, réalisé en 1970, dans laquelle deux performeurs s’entravent l’un l’autre, car ils sont liés, et ne peuvent alors avancer que l’un avec l’autre. Le geste simple qui est réalisé dans cette performance repense l’action d’avancer, action normalement effectuée de façon individuelle, nécessitant cette fois un équilibre et une synchronisation des forces des deux corps. Dans la performance d’Axel Roy, deux performeurs déplacent des tables tandis que deux autres se déplacent un au dessus, et un au dessous de chaque table. En plaçant la table au centre de ses déplacements, l’artiste questionne l’objet « socle », présent à la fois dans les espaces muséaux pour présenter des objets et dans les espaces scéniques afin d’y montrer une production théâtrale ou dansée.

Arthur Zerktouni et Farid Ayelem Rahmouni, performance IN VITRO

Arthur Zerktouni et Farid Ayelem Rahmouni, performance IN VITRO au 100 ECS le 16 février 2017. Crédit photo : Tonino Rizzo boyce - https://toninorb.wordpress.com/

Arthur Zerktouni et Farid Ayelem Rahmouni

IN VITRO

Séparés par une vitre, deux performeurs tentent de s’embrasser. Les bruits de leurs lèvres, de leur souffle et gémissements sont soumis à un traitement informatique et amplifiés à un volume très élevé, presque insoutenable. La notion de couple, synonyme d’intimité, et le titre « In vitro » évoque  le confinement d’un incubateur. Cette intimité est cependant contrebalancée par la présentation de cette scène en public et l’expansion dans l’espace de leurs bruits de bouche. La performance rejoue les tensions que comporte le couple, tiraillé entre l’intimité et le public. Il s’agit bien de l’opposition entre la fusion des êtres et l’impossibilité de la rencontre dans le conflit, de l’individuel au duel…  sans être tout à fait dénué d’humour.

Exposition Discorde du 3 février au 3 mars
Soirée performance jeudi 16 février (19h -22h)

Le 100ecs (Établissement Culturel Solidaire)
100, rue de Charenton -75012 Paris

 


Exposition DISCORDE : du 3 février au 2 mars au 100ecs

En février Papotart vous invite
pour sa première exposition « Discorde »
en partenariat avec le 100ecs


L’exposition
Discorde explore la diversité des conflits petits ou grands qui parcourent nos vies. Dans un climat politique tendu, où la frustration d’impuissance et la fureur se colle à vous.
Au delà des conflits sociaux, il y a tous ces tracas personnels qui nous rongent. Ceux liés à notre physique et ceux qui touchent notre âme. On doute, on se déteste, on se contredit en basculant d’incertitude en certitude jusqu’à perdre pied.

Ainsi, toutes ses œuvres et performances donnent à voir ce dilemme  entre un affrontement total
et un dénouement heureux.
Ici, vous embarquez dans un voyage composé de subtilités passant de la violence festive à la surveillance en “haute visibilité”.

 

Exposition avec :
Danielle Gutman Hopenblum, Megan Laurent, Maxime Lemoyne, Guillaume Lo Monaco, Laurent Odelain et Emma Perrochon, Stefano Perobelli, Vincent Prieur, Cyrielle Tassin

L’exposition est prolongée jusqu’au 2 mars

Soirée performance jeudi 16 février de 19h à 22h avec :
Annie-Claire Alvoët, Baptiste Da Silva, Sura Haarp, Afour Rhizome, Axel Roy, Eun Young Lee, Arthur Zerktouni et Farid Ayelem Rahmouni


INFORMATIONS PRATIQUES

L’exposition est prolongée jusqu’au 2 mars

Le 100ecs (Établissement Culturel Solidaire)
100, rue de Charenton
75012 Paris

 

HORAIRES
Lundi – vendredi : 9h / 21hSamedi : 10h / 18h
Dimanche : se renseigner à l’accueil Jours fériés et Noël (24/12 – 01/01) : fermé
ACCÈS
Métro : Gare de Lyon ou Ledru-Rollin
RER : Gare de Lyon – Bus : 57 et 29
Vélib : Hector Malot n°12008 -Charenton n°12101